Quand tout le monde pose devant la statue de la Liberté, lui tourne le dos au monument et photographie ce qui pourrait être qualifié de « mauvais côté ». Lui, c’est Olivier Curtis, un photographe anglais qui consacre une série de photographies à cet envers du décor. Sous le nom Volte-face, ces clichés en disent bien plus que le monument à lui seul : des touristes fébriles, amassés sur la place Tiananmen tentant d’immortaliser le mausolée de Mao, des boutiques de souvenirs discount à proximité du Colisée à Rome, le terrain vague et la ville toute proche des pyramides à Gizeh en Egypte. Tous absents qu’ils sont, les monuments sont toujours là, mais différemment. Comme quoi, il suffit parfois de changer d’angle de vue !

Découvrez le travail d’Olivier Curtis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *