S’il fallait retenir seulement deux spectacles de la programmation 2015 des Invites de Villeurbanne, ce serait…

Animal sentimental de l’Illustre famille Burattini, cette fresque burlesque traverse le XXe siècle pour tutoyer nos temps modernes. On y croise des courageux, la verve dehors pour lutter contre les fascismes de toutes nationalités… Et des pleutres comme il en existe à toutes les époques déclinant des trésors d’inventivité pour ne jamais « se mouiller ». On rit avec Buratt. On pleure (vraiment) avec Rita qui, habillée d’une robe de crêpe noir et de dentelle, fait vibrer sa voix et nos larmes sur les secousses de l’histoire.

Ce serait aussi Doctor Dapertutto, du Teatro del Silencio (sur la photo). Au regard des costumes, au gré de cette marche derrière des acteurs grimés, mais aussi vrais que des zeks (nom donné aux prisonniers du goulag), nous voilà emportés dans la Russie d’hier, sur ces routes de la « dégradation » et des violences militaires. Dans ce travail de composition, les images sont aussi belles que saisissantes. Elles ressemblent à des fresques des Ambulants, ces peintres russes du XIXe siècle dont le réalisme mettait la Russie à nue et semblait annoncer à Révolution.