Aux petites filles, il faut des modèles de femmes à la vie exemplaire pour qu’elles se projettent elles aussi dans la réussite et la responsabilité. Simone Veil a été cette inspiratrice en chaque séquence de sa vie. Pour les petits garçons aussi ! Féministe. Européenne. Libre. Au soir de sa mort, le 30 juin 2017, beaucoup ont dit le courage, la pugnacité, l’élégance dans un parcours d’exception. Sur les images qui marquent les moments de sa vie, on se demande : à quoi pense-t-elle ? Quand elle rentre des camps d’extermination nazis ? Quand elle demande à son mari de pouvoir travailler et que, d’abord, il dit non ? Quand elle entend les invectives, elle ministre présentant sa loi sur l’interruption volontaire de grossesse, face à cette assemblée masculine où beaucoup, pas tous, mais beaucoup, manquent de décence ? Quand elle devient la première femme présidente du Parlement européen ? À quoi pense-t-elle elle la combattante à l’indépendance inaliénable ? A quoi ou à qui ? Car Simone Veil, au destin tout lumineux soit-il, est aussi une femme que la vie n’a pas épargnée. Deuils. Séparations. Tragédies. Autoritaire, parfois. Tellement humaine aussi. C’est le magazine Elle qui, entre les paragraphes d’un éloge mérité, glisse combien elle aimait les boucles d’oreille. Détail simple, presque anodin, d’une vie comme les autres et que l’Histoire d’ordinaire ne retient pas. Il n’en fait que plus aimer cette femme à qui la France doit tant. Elle aurait eu 90 ans ce 13 juillet.
Précision : la photographie de cet article est empruntée au film Simone Veil, une histoire française de David Teboul (2004). L’image a été prise lors de la diffusion sur France 3.