Tout est parti de l’AFP. Une dépêche qui file vers les rédactions en ce samedi 28 février. En quelques secondes, le mal est fait… car l’AFP, c’est comme la Bible. Si c’est écrit, c’est que c’est vrai. Martin Bouygues, patron du groupe éponyme, est mort. Sauf que — et tant mieux pour lui —, l’information est fausse. Moins d’une heure plus tard, c’est le démenti… Et la résurrection ! Ô bonheur perdu de la lenteur.