Il y a 60 ans, les « réclames » cantonnaient la femme à son rôle de fée du logis épanouie au service de monsieur. Aujourd’hui détournées sur des articles de décoration au look vintage, ces images font sourire et montrent à quel point la société a évolué, en bien. Mais — car il y a un mais — le sexisme a la peau dure. Si aujourd’hui un slogan comme « Moulinex libère la femme » est impensable, le machisme s’exprime toujours par voies publicitaires, ouvertement ou de façon pernicieuse. Alors, sexiste, la pub ? C’est la question que se pose le communiquant Thibault di Maria (un homme, eh oui). Son site sexisteoupas.com mesure le taux de machisme des publicités et propose des pistes de progression. Très malin ! Un exemple : sur les affiches a priori anodines de la Macif, l’homme — barbe fournie et posture virile — est celui qui protège. La femme, quant à elle, est cet être fragile qui a besoin d’aide.

 

sexiste ou pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *