C’est le titre d’un livre écrit par Edgar Cabanas et Eva Illouz (Premier Parallèle, 2018). Le psychologue et la sociologue dénoncent la dictature du bonheur. Être bien tout le temps, voilà qui frise la tyrannie. Le mot nouveau réunit « happy » (heureux en anglais et surtout titre du tube mondial de Pharrell Williams) et Kratos (dieu grec personnifiant le pouvoir). Le néologisme met en garde contre l’illusion du bonheur absolu : d’une part, parce que le propre des êtres humains est d’apprendre à vivre leurs peines, d’autre part, parce que ce tropisme fait surtout les beaux jours des marchands !