Suffirait-il de changer le P de patrimoine (ce qui est transmis par l’héritage) en M pour venir à bout d’une grande injustice politique ? Si le mot matrimoine existait au Moyen Âge pour caractériser les biens du mariage, il a disparu ensuite pour réapparaître en différentes opportunités, notamment dans la deuxième partie du XXe siècle et plus encore aujourd’hui. Best seller que le roman Le Matrimoine d’Hervé Bazin qui, publié en 1967, pointait du doigt les désillusions de la vie de couple dans la société bourgeoise. Repris par les féministes, le terme est désormais utilisé pour mettre à l’honneur la création des femmes, longtemps oubliée des grands messes du patrimoine. Il a par conséquent opéré un léger changement de sens. Patrimonial (relatif à la succession) et matrimonial (relatif au mariage) conservent en revanche le sens originel des deux noms communs. À l’occasion des Journées du Patrimoine, le matrimoine sera à l’honneur en quelques régions. Coup de com ? Ou réelle avancée des mentalités ? L’avenir le dira !